Face au travail hybride, les 5 clés pour assurer son management à distance

Un management “hybride“ ? Quésaco ? Propulsé par la crise du Covid-19, il consiste tout simplement à encadrer son équipe entre télétravail et salariés sur site. Si les avantages du télétravail ont convaincu autant du côté des salariés que du côté de l’entreprise, celui-ci pousse néanmoins à revoir son organisation et donc… son management. “Motiver ses troupes à revenir sur site“, “lâcher du lest ou au contraire, renforcer le contrôle“, sans parler de “préserver la cohésion d’équipe“ quand les apéros Zoom ont perdu la cote – sont autant de problématiques humaines soulevées par les chefs d’orchestre de cette nouvelle organisation de travail. Voici 5 clefs pour adapter son management en conséquence.

1. Recréer le collectif

Organisation chamboulée, éloignement géographique, nouvelle façon de communiquer etc. Il est normal que l’esprit collectif soit impacté lorsqu’on prend l’habitude de travailler seul depuis son canapé. Instaurer un cadre commun est un premier pas pour insuffler la même dynamique à tous les collaborateurs, quel que soit la distance.  

“Jouer collectif“ implique de donner du sens à l’existence de l’équipe à travers un but commun. Une fois les rôles de chacun définis: amener les membres à travailler ensemble sur une même tâche, conserver les échanges et rencontres d’équipe ainsi qu’assurer l’intégration des nouveaux arrivants sont autant d’actions rassurantes qui rappellent la notion d’engagement collectif.

 

2. Cultiver sa relation avec son équipe

 

” “Les managers qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont cultivé leurs relations avec leur équipe avant et après la mise en place de cette nouvelle organisation de travail hybride“, observe Christophe Lehoux, CEO et consultant au sein du cabinet YouPerf.

Vous l’aurez compris, l’humain est le principal ingrédient pour assurer un management en alternance entre maison et bureau et ce, quelque soit les objectifs définis. Face à une équipe disloquée, mieux vaut avoir instauré un climat de confiance le plus tôt possible. Chez soi ou sur site, le manager est celui vers qui on voudrait volontiers se tourner en cas de difficultés pour réaliser sa mission, de malaise relationnel dans l’équipe ou de problèmes perso faisant obstacles à l’efficacité au travail. Même à distance, le manager doit autant s’affirmer comme leader que respecter et écouter chaque membre avec bienveillance. Être attentif au moral des troupes, conserver les feedbacks, rappeler les réussites ou encore, alterner entre échanges collectifs et individuels sont autant de mesures qui contribuent à cultiver les liens entre le manager et son équipe.

 

3. Et pourquoi pas instaurer le flex office ?

Comment donner envie à son équipe de revenir au bureau lorsque celle-ci a goûté aux joies du travail depuis chez soi et a plus d’autonomie ? Si le télétravail s’est révélé très avantageux, il a néanmoins remis en question la fonction des locaux. Selon une étude*, près de 60 % des salariés confient retourner au bureau pour retrouver leurs collègues.  Du bureau “libre“ dans l’entreprise à l’espace de coworking jusqu’au café du quartier, le flex office ou l’absence d’un bureau attribué au salarié permet à chacun d’être plus autonome dans son organisation. Il permet en outre de répondre à la problématique des bureaux inutilisés depuis l’instauration du télétravail tout en faisant un pas de plus vers le confort, un point auquel les salariés sont de plus en plus attachés. Passer moins de temps dans les transports, casser la routine, être plus créatif… Selon un sondage Deskeo de 2021, près de 55% des entreprises françaises envisageraient d’adopter le flex office*.

 

4. Du management de contrôle au management de confiance

Le management hybride bouleverse la façon dont une entreprise mesure la valeur du travail obligeant les managers à revoir leur façon de piloter. Pas simple quand les équipes sont loin et que les échanges sont essentiellement des « Teams » et mails, synonymes de tâches en plus. Confiance et organisation sont les maîtres mots. Le distanciel ne doit plus être considéré comme une perte de contrôle mais comme le moment pour se consacrer à d’autres tâches que celles du bureau et demandant plus de concentration (74 % des télétravailleurs privilégient le travail à distance pour rédiger, selon une étude*). À raison de quelques jours par semaines, le distanciel peut devenir un moyen d’accroitre sa productivité. Encadrer mais lâcher prise sur la façon dont s’organisent ses collaborateurs est tout à fait possible, par exemple en planifiant des objectifs pour chacun à plus court terme avec des temps d’échange privilégiés réservés au retour au bureau.  

 

” Le distanciel n’est plus un problème mais plutôt une force“, témoigne un chef d’entreprise accompagné par le cabinet. “J’ai axé mon style de management sur plus de confiance et beaucoup moins de contrôle. Et tout cela se fait dans la planification des objectifs et leur mise en application“.

5. Une organisation béton

Ramener son bureau à la maison et aussi synonyme d’outils digitaux qui se multiplient autant que le nombre de fenêtres ouvertes sur l’ordinateur, jusqu’à ne plus rien y comprendre… Que ce soit pour échanger, répartir les tâches ou suivre de loin l’avancée du travail de chacun, trouver son outil repère est indispensable. Le pilote a besoin d’un tableau de bord parfaitement clair. Des outils collaboratifs comme Kanban, Asana ou Trello permettent d’avoir une vision globale de l’activité et de mettre en ordre ses tâches “à faire“, “en cours“ ou “déjà terminées“ avec des tableaux de bord colorés.

*Baromètre annuel Télétravail 2021 de Malakoff Humanis 

 

 

 

 

 

Article réalisé par la journaliste Marion Biosse Duplan

Screenshot_20220303_092709